Ottrott

Les châteaux d'Ottrott font l'objet d'une quête dans le cadre de la saison "Les Portes du Temps" via son application. Pour en savoir plus, rendez-vous sur la page quête !

Histoire

Le site d’Ottrott a accueilli dès la fin du 11ème siècle un premier site castral, constitué d’une enceinte en grès surélevée d’une palissade de bois renfermant une tour en bois caractéristique des mottes castrales. Ce château probablement construit par les Eguisheim, une famille ralliée à la papauté, est rasé par Frédéric le Borgne, de la famille bientôt impériale de Hohenstaufen au début du 12ème siècle.

La famille impériale fait construire sur ce même emplacement un petit château en pierre, appelé vieux Lutzelbourg du nom de la famille à qui est confiée la propriété du château. Ce second château est détruit suite à un incendie provoqué par le conflit qui oppose les Hohenstaufen aux Dabo-Eguisheim à la fin du 12ème siècle. Un troisième château est édifié vers 1200, toujours par la famille Lutzelbourg, mais plus à l’ouest du plateau, appelé aujourd’hui le Rathsamhausen. En 1250, un quatrième château appelé aujourd’hui le Lutzelbourg est construit à proximité par la famille des Andlau, fidèles à l’empereur.

Les Rathsamhausen récupèrent la propriété du quatrième château vers la fin du 14ème siècle. Malgré des changements de propriété du Rathsamhausen du 15ème au milieu du 16ème siècle, les châteaux reviennent dans le giron familial. Ils sont toutefois abandonnés pour une maison forestière faute de ressources financières et aussi à la recherche de confort. Les ruines du château de Rathsamhausen, propriété privée, sont inscrites Monument Historique depuis 1985.

Architecture

Le site d’Ottrott conserve quelques traces du Vieux Lutzelbourg, le second château, dont une tour ronde qui daterait de 1140, faisant de lui le plus vieux donjon circulaire connu en Alsace !

Le troisième château, le Rathsamhausen, est un « donjon palais » de forme carrée, unique en Alsace car d’inspiration normande suite à un conflit mené par le seigneur Lutzelbourg suivant son empereur Henri VI dans sa reconquête du royaume de Sicile (sous domination Normande). Composé d’une tour carrée imposante et d’un logis, le château a conservé au travers des siècles le style roman reconnaissable à ses nombreuses fenêtres séparées de colonnette dans un arc plein cintre. Une tour circulaire s’adjoint au donjon en 1250 avec à son sommet les traces d’un hourd (échafaudage en bois couronnant la tour) destiné à la défense du site.

Quant au quatrième château, appelé Lutzelbourg, construit à l’origine par la famille Andlau il est complété par les Rathsamhausen, qui font construire un logis datant du 15ème siècle de style renaissance. Il se distingue par sa grande salle d’apparat dotée de corbeaux (supports pour plafond) et de corbeaux armoriés, de fenêtres carrées et d’une frise lombarde caractéristiques de la Renaissance.

Légende

Le chasseur féroce d'Ottrott

La légende raconte que la maison forestière des châteaux d’Ottrott, située sous le château de Lutzelbourg serait hantée. Un chasseur maudit la quitterait la nuit pour des folles chevauchées vers le sommet de l’Elsberg, entouré d’une meute de chiens hurlants…

Au 10ème siècle, sur le rocher se dresse le premier château appartenant alors au comte Eberhard surnommé le Féroce. Un dimanche, délaissant la messe, Eberhard part à la chasse vers la plaine. Il rencontre alors deux étranges cavaliers. Le premier est jeune et monte un cheval blanc. Le second est vieux et monte un cheval noir. Les deux cavaliers lui conseillent de ne pas aller chasser. Ce que s’empresse pourtant de faire Eberhard.

Suit une folle chevauchée où piqueurs et veneurs tombent de fatigue. Eberhard ne s’arrête pas, il poursuit un cerf blanc jusque dans les champs de blé de paysans, qui voient leurs récoltes détruites. Plus loin, le cerf se cache au sein d’un troupeau. Les cavaliers tentent de s’interposer. Le Comte Féroce massacre bergers et troupeaux….

Le cerf finit par se réfugier dans la chapelle d’un ermite. Ce dernier et le cavalier blanc adjurent le Comte de respecter le sanctuaire. En vain, le comte déclare que l’animal peut se cacher au septième ciel, ni l’ermite ni Dieu ne l’empêcheront de l’atteindre… À peine le blasphème proféré, que la chapelle, l’ermite et le cortège de chasse disparaissent. Le comte se retrouve bloqué seul dans une clairière à la nuit tombante. C’est alors qu’une voix puissante tonne aux oreilles du chasseur sa malédiction : « Tu continueras ta chasse satanique jusqu’au seuil de l’éternité, pour servir d’exemple aux tyrans, qui comme toi se complaisent dans le crime, et ne songent qu’à assouvir leurs passions ! ». C’est alors que le cheval se cabra emportant avec lui son cavalier accompagné de monstres et de molosses furieux… Depuis ce jour, on raconte que l’équipée poursuit sa chasse à travers les siècles.

Ça se passe au château...

"Les Amis du Château d’Ottrott" (Amchott) sont fiers de pouvoir présenter aux visiteurs la consolidation de la tour de défense du château de Rathsamhausen, appelé localement le Bergfried. Jusqu’alors serti d’une armature en fer pour le soutenir, la tour circulaire est aujourd’hui restaurée suite à sa dévégétalisation et la reprise de sa maçonnerie.

Mais les travaux ne s’arrêtent pas là pour cette association de veilleurs : son projet actuel est de consolider la rampe d’accès au château du Lutzelbourg. Ce vaste chantier, réalisé par les bénévoles avec l’aide de la DRAC, consiste à nettoyer l’appareil du mur de soutènement, réaliser des sondages archéologiques, et enfin reprendre la maçonnerie et les joints.

Pour aller plus loin

  • Rédigé et vendu par les AMCHOTT au profit de l’association :
    • Les châteaux d’Ottrott - Leur histoire, leur devenir, Pierre Parsy pour les Amchott (Juin 2018)

 

  • Parus récemment :
    • Les châteaux forts autour du mont Saint Odile – la couronne de pierre des ducs d’Alsace. George Bishoff, Jean-Michel Rudrauf, Marie Dréa, 2019
    • Châteaux forts sous les étoiles, Ignacio Haaser, Guy Trendel, 2019

 

  • Autre Bibliographie :
    • Les châteaux de Lutzelbourg-Rathsamhausen, Louis Levrault, 1856
    • Histoire de la Ville d’Obernai, Joseph Gyss, 1866
    • Ottrotter Schloesser, Max Herbig, 1903
    • Burgen und Schloesser im Elsass, Fritz Bouchholtz, 1962
    • Die Ottrotter Schloesser Band 1, Thomas Biller, 1973
    • Le château de Rathsamhausen-Ottrott, Charles Laurent Salch, 1974
    • Note sur les châteaux forts d’Ottrott, Jean Wirth, 1974
    • Traces d’occupation des XI et XII au château de Rathsamhausen-Ottrott, Danielle Fèvre et Joëlle Burnouf, 1974
    • Die Ottrotter Schloesser Band 2, Thomas Biller, 1975
    • Les châteaux forts alsaciens du XII au XIVème siècle, v.1, Jean Wirth, 1975
    • La verrerie de la fin du Moyen Âge au château de Rathsamhausen-Ottrott, Joëlle Burnouf, Jean Maire et Jean-Pierre Rieb, 1978
    • Ottrott, château de bois, château de pierre, Danielle Fèvre, 1988
    • Un quatrième donjon circulaire, Danielle Fèvre, Charles Laurent Salch, 1988
    • Les Jardins des Châteaux d’Ottrott, Anna Hélène Caillé, Charles Laurent Salch, 1989
    • Les deux Châteaux d’Ottrott, Charles Laurent Salch, 1992
    • Die Burgen des Elsass, Architektur und Geschichte, tome III, Thomas Biller, Bernard Metz, 1995
    • Ottrott et Adrano, Charles Laurent Salch, 199
    • Les châteaux autour du Mont Sainte Odile, Christophe Carmona, Guy Trendel, 1999
    • Châteaux Forts de l’an Mil, Charles Laurent Salch, 2000
    • La forge au château de Rathsamhausen-Ottrott au XVème siècle, Danielle Fèvre, 2001
    • Die Burgen des Elsass, Architektur und Geschichte, tome II, Thomas Biller, Bernard Metz, 2007

67530 Ottrott, Châteaux de Ottrott

Retour en haut de page